Le château de la commune de Mauvezin
Hautes-Pyrénées
département 65
.



00036426
copyrightdepot.com




 

Le château de Mauvezin est d'origine médiéviale. Le site, occupé dès la protohistoire, s'est transformé en castrum au Haut Moyen-Âge. Un château-fort a été bâti au XIe siècle par les Comtes de Bigorre. Il a été reconstruit par Gaston Fébus vers 1360. Il a servi principalement à surveiller ses terres.

Il reste dans la famille des Béarn-Foix qui deviennent plus tard rois de Navarre, et ainsi passe à Henri IV.

Les murailles de la forteresse forment un quadrilatère rectangle de 35 mètres de côté
sur 15 mètres de haut et un chemin de ronde de 2 mètres de large.


(Musée du château de Mauvezin).



Le château médiéval de Mauvezin.


 


Dalle héraldique de jean de Foix Grailly (1382-1436).
Le devise : " J'ay belle Dame ".
(J'ai belle dame en mon coeur)
D'après la petite histoire, il s'agirait de Jeanne d'Arc...)

Sur la bannière quatre quartiers comprenant les pals du Comte de Foix et les vaches de Béarn.
En dessus, un heaume à visière est surmonté d'une tête de vache.
De part et d'autre de la bête se dressent les pals de Foix.

L'animal chimérique du bas, proche du dragon, tenait la hampe.
Le cadre est orné de lauriers puis de deux visages.
Un décor végétal de pampre et de choux frisés
s'appuie sur deux personnages sur les côtés
et entoure une tête animale sur la partie supérieure.
.

(© Musée du château de Mauvezin)



Le donjon quadrangulaire est un exemple de l'architecture militaire méridionale.
Le donjon a une hauteur de 37 mètres ainsi que des murs de 3,5 mètres
d'épaisseur à la base et 2 mètres au sommet.
Ils sont construits avec des cailloux roulés de l'Arros.
.


(© Musée du château de Mauvezin)



 



La grue à roue était utilisée au Moyen-Âge pour l'édification des grands édifices, fortifications, cathédrales, aqueduc, pont... Également appelée " cage à écureuils, elle était actionnée par plusieurs hommes dans les cages. Elle tournait sur elle-même à 360° et permettait de soulever une charge de 400 kg. Elle était de construction simple, en bois, démontable pour être transportée et montée sur le dessus des constructions.


(© Musée du château de Mauvezin)


 



Le bélier est un engin dont l'origine remonte à l'antiquité.



Voici l'intérieur du " bélier " qui est un gros tronc d'arbre manœuvré par plusieurs personnes.




Les soldats se postaient dans des galeries de bois accrochées aux remparts pour tirer
sur les assaillants et leur jeter des projectiles par les trous du plancher.
Les défenseurs versent du sable brûlant par les ouvertures des hourds (sur le sol.
Pour empêcher l'ennemi de mettre le feu aux poutres des défenses à l'aide de flèches embrasées,
les soldats recouvraient les toits des hourds avec des peaux de bêtes humides
.


(© Musée du château de Mauvezin)



La poivrière est une échauguette avec une toiture.
Cette petite construction abritait la sentinelle qui surveillait le pays
.

(© Musée du château de Mauvezin)


 


Voici une poterne d'approvisionnement..

(© Musée du château de Mauvezin)



Les latrines pouvaient être construites en pierre ou en bois.
Elles étaient installées en surplomb des remparts
.

(© Musée du château de Mauvezin)


 

   


Les canons


 



Le trébuchet était un engin de guerre redoutable.
Sa portée de tir pouvait atteindre 220 mètres avec des boulets en pierre d'un poids d'environ 125 kg.
Il servait principalement à détruite les murs du château-fort.
Il fallait en moyenne une vingtaine d'hommes pour le manœuvrer.
Il ne pouvait cependant que tirer un coup par heure
.


La baliste ou grosse arbalète montée sur un pied pouvant être munie de roues.
Elle pouvait lancer des flèches géantes ou des barres de fer rougies.
Elle était très précise et facile à manier.


L'arbalète sur affût : l'engin permettait de lancer des flèches de grande longueur, des barres de fer rougies au feu ou des traits garnis d'étoupe enflammée. Il pouvait être pointé comme une pièce d'artillerie moderne grâce à trois roues pour sa manœuvre latérale et une crémaillère avec manivelle pour régler le tir en hauteur. Il existait de arbalètes à plusieurs arcs ou à triple glissière capables de tirer trois flèches en même temps jusqu'à 300 mètres. Sa puissance était considérable. Une chronique raconte qu'une flèche transperça trois hommes et un cheval avant de se ficher dans une porte. .


(© Musée du château de Mauvezin)


 



La tour de siège ou plus communément appelée " beffroi " au Moyen-Âge ".
Comme ces tours étaient en bois elles devaient être protégées par un revêtement en fer ou en peaux de bêtes fraîchement abattues.
A cause de leurs dimensions imposantes elles étaient construites sur les lieux du siège.
Elles servaient à franchir les murs ennemis par le biais d'une passerelle qu'on abaissait entre la tour et le mur
.


La cuillère et son projectile


L'organisation de la justice :

Le pilori et les fourches patibulaires étaient les symboles de la haute justice. Elle était exercée par les magistrats du chef-lieu de la baylie, ou bien par un grand officier de l'administration comtale (sénéchal ou juge ordinaire ). Elle donnait le pouvoir de faire condamner à une peine capitale ou à quelque mutilation, de prononcer des confiscations de biens ou d'ériger des amendes supérieures à 60 sous.

La basse justice réglait les affaires inférieures à 5 sous, et les amendes obéissaient à un tarif précis pour chaque infraction, institution héritée des Mérovingiens. Elles étaient perçues par les bayles au profit du comte.

L'enquête était menée par le bayle qui procédait par audition des témoins. L'enquête close, il ordonnait aux magistrats municipaux de se constituer en tribunal pour prononcer la sentence. Tous les jugements pouvaient faire l'objet d'un appel auprès de la justice du comte.

(© Musée du château de Mauvezin)





 



Le pilori servait à exposer les condamnés d'une façon infammante
sans que cela les mène jusqu'à la mort
.


La cage de fer servait à emprisonner les criminels pour les exposer ou les y laisser mourir.


La potence ou gibet était utilisé pour les exécutions par pendaison.
Elle était censée être dissuasive
.





[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Commune de Mauvezin]
[Châteaux en Bigorre]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]




Chacun peut apporter son aide concernant la commune de Mauvezin
de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées
département 65.
© Marie-Pierre MANET







Bookmark and Share