L'eau potable
à Castelbajac



(© Madame Marthe Delas)



00036426
copyrightdepot.com








CASTELBAJAC ET L'EAU POTABLE :
Dans toutes les civilisations, la corvée d'eau incombe à la femme. Castelbajac n'échappait pas à cet usage. La cruche ou le panier sur la tête, elles allaient puiser l'eau à la source ou laver leur linge.

En 1924, un maire, Monsieur Blaise CASTETS, fut particulièrment sensible à ce problème et il proposa de capter les sources des "Ouides" et, grâce à un "bélier" de remplir un réservoir construit au quartier du "PUYO", point culminant du village.


Le devis établi pour une première tranche qui devait amener l'eau :

- jusqu'à la "La Place", s'élevait à 63.000 francs.

- Subvention du Crédit Mutuel : 35.280 francs.

- Crédit au budjet de la commune : 20.190 francs.

- Emprunt à 6 % pour deux ans : 7.530 francs.


Après maintes discussions le projet fut adopté avec seulement quatre signatures :
- Castets, maire.
- Dupouy Pierre (Peyré).
- Ibos Basile (Aboucat).
- Louis Dasque (actuelle maison Cascarra).


La commune avait pour seules ressources des ventes annuelles de bois et les administrés redoutaient les "centimes additionnels". Les hommes étaient seuls électeurs en ce temps-là. Si les femmes avaient eu leur mot à dire, le projet de Monsieur Castets aurait eu surement plus de partisans.

L'eau ne fut mise à l'évier que dans deux maisons : Bertres dit "Parisien" et Tujague dit " Pè dé Boumbo". Les maisons Castets-Marianchou et Delas-Puyo étant pratiquement au niveau du château d'eau avaient des robinets à environ 80 cms du sol.

Contre le château d'eau, un petit lavoir en béton fut apprécié par les femmes du quartier.

Il fut donc installé au bord de la route quelques bornes fontaines auxquelles chacun pouvait se ravitaller.

Une seconde tranche de travaux prévoyait un lavoir à la Place, des douches publiques à l'école, une canalisation et des bornes fontaines jusqu'au fond du village. La guerre 39-45 stoppa net ce projet.

Entre 1924 et 1945, les maires alternèrent. Lorsque Monsieur Sastets siégeait des individus mal intentionnés bloquaient avec un morceau de bois une des bornes fontaines du bas du village. Ainsi le château d'eau se vidait pendant la nuit. Lorsque siégeait son rival, le fonctionnement du bélier était tout simplement stoppé.

En 1970 fut constitué le Syndicat Intercommunal "Lagrange-Houeydets-Castelbajac" et l'on vit enfin arriver l'eau potable au robinet.

Pendant des siècles on s'était baigné rarement dans un grand cuvier en bois, l'eau étant chauffée dans la cheminée de la cuisine et l'étable faisant souvent office de salle de bains. Ce fut donc un énorme progrès lorsque chaque maison put s'équiper de salles de bains, W. C. et chauffage central.




           



[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Sommaire de Châtillon-en-Bigorre] [Commune de Castelbajac.]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]



Chacun peut apporter son aide concernant les monographies de nos jours des communes de la Bigorre.

Entraide apportée par :
- © Madame Marthe Delas
.
© Marie-Pierre MANET






Bookmark and Share