Premier conseil municipal
de la commune de Houeydets
.


(© Madame Marthe Delas)



00036426
copyrightdepot.com






PREMIER CONSEIL MUNICIPAL DE HOUEYDETS



Dominique POURTAIL-Manautou : maire.

Baptiste PERES-l'Hoste : adjoint.

GALAN dit Ménique.

VIRELAUDE-Hilhougros.

TILHAC dit Espagnol.

DUPOUTS-Pinasset.

VIRE-Pastet.

REULET-Bernatas darrè

GAYE-Bernatas devant.

DUBARRY-Picagnou.




----------------------------


Le 22 octobre 1865, Dominique Pourtail, maire de la commune de Houeydets a procédé à l'installation de Monsieur François Ramonet comme instituteur public de la commune de Houeydets.



----------------------------


Le 6 Août 1850, Monsieur l'abbé Contre, curé de Castelbajac a remis la clef du presbytère au maire de Castelbajac. Ce prêtre ayant abandonné son logement pour fixer sa résidence à Houeydets, la maire de castelbajac vendit au profit de la commune (sic) les fruits et légumes se trouvant au jardin contigü au presbytère de Castelbajac.

A Houeydets, le prêtre fut logé dans un local loué à la famille Hilhougros pour la somme de 100 francs par an.



----------------------------


Le 11 février 1866, la maire de la commune de Houeydets, assisté des membres du Conseil municipal, a procédé à l'installation de l'abbé Jean-Baptiste BEARD comme vicaire de la paroisse de Houeydets.

La construction de bâtiments municipaux s'imposait et là, on ne peut qu'admirer la conduite du nouveau maire et de ses conseillers municipaux. Ces hommes se comportèrent en remarquables gestionnaires et administrèrent les biens de la commune "en bons pères de famille", selon l'expression consacrée.

La dépense annuelle pour le vicaire s'élevait à 450 francs : 100 francs pour le loyer, 300 francs pour le traitement et 50 francs pour les frais de célébration du culte. Cette somme était prélevée sur le fruit de la vente des feuilles mortes, des fougères et d'une coupe de bois ordinaire.

La municipalité saisit l'opportunité qui se présentait et acheta à PERE Pabila, un terrain d'une contenance de quarante ares permettant l'édification d'un presbytère, d'un hangar, d'une remise et l'implantation d'un beau jardin et d'un verger. Ce terrain fut acquis pour la somme de 1.200 francs en 1886. Dix habitants du village prêtèrent mille francs chacun pour assurer la construction du bâtiment dont le coût total s'éleva (terrain compris) à 13.532 francs. La commune paya les intérêts chaque année et remboursa le capital en 1876.

Dans le même temps la vieille petite église de Houeydets avait grand besoin de quelques réparations urgentes qui furent exécutées à l'aide de bois prélevé dans la forêt communale. Castelbajac se permit à ce sujet de proférer des propos diffamatoires à l'égard de certains membres du conseil municipal de Houeydets, les accusant auprès du Préfet, de concussion. Il s'en suivit une réaction très vive des intéressés et une action devant les tribunaux.

Les administrateurs de la nouvelle commune durent affrontés divers autres problèmes ; procès avec la commune de Campistrous au sujet de droits de pacage mal définis sur les landes de Castelbajac et Houeydets. Les frais s'élevèrent en 1870 à 1.400 francs à répartir au prorata des feux allumants de chacune des deux communes. Houeydets contracta un emprunt auprès de Monsieur Castets, notaire à Galan.

Une dérivation du canal de la Neste atteignait Lagrange. Pour la prolonger jusqu'à Houeydets, les habitants creusèrent eux-mêmes la rigole et créèrent le "Syndicat d'irrigation" avec des statuts très précis.

Les parents souhaitaient une institutrice pour une école de filles. Mademoiselle Aray, originaire de Bonrepos avait ouvert dès 1872 une école privée de filles moyennant uen rénumération minime. En 1874, les habitants de Houeydets s'engagèrent à verser une somme de 50 francs par an pendant cinq ans pour assurer à Mademoiselle Aray une rétribution correcte.

En 1870, un arrêté préfectoral imposa la commune de 1.100 francs pour contribuer à l'armement, l'habillement, l'équipement et la solde des soldats de la Garde Nationale. Pour faire face à cette nouvelle charge, un emprunt fut contracté auprès de Monsieur Ricaud, docteur médecin maire à Lannemezan. Il fut remboursé en quatre ans grâce à la vente de quelques terrains communaux à des particuliers.



----------------------------


Les élections municipales de 1871, virent une nouvelle équipe :



Pierre DUPOUTS Pinasset : maire.

Jean-Louis CLARENS Mounet : adjoint.

DUBARRY-Picagnou.

DUCASSE-Guélindou.

Jean CLARENS-Moudenat.

Dominique POURTAIL-Manautou.

LATOUR-Arrancou.

ASTUGUE-Estugatou.

VIRE-Pastet.

Bernard CAZES-Matrassou.



Pour une raison inconnue, en 1872, Dominique POURTAIL se retrouva maire.







[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Sommaire de Châtillon-en-Bigorre] [Commune de Castelbajac.]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]



Chacun peut apporter son aide concernant les monographies de nos jours des communes de la Bigorre.

Entraide apportée par :
- © Mme Marthe Delas
.
© Marie-Pierre MANET






Bookmark and Share