La monographie locale

de Vidouze.
De R.ANCELY

(© ADHP - A 303)


(Monographie offerte par M. Alain Eymard)




00036426
copyrightdepot.com






Les Notaires Royaux

Sous l'ancien régime, l'institution des notaires remonte à Louis IX et Philippe IV, rois de france. Elle fut d'abord créée à Paris au Châtelet, développée et règlementée par Henri IV et étendue ensuite à toutes les seigneuries et baillages de France. Il y avait trois sortes de notaires :

Ie - Les notaires royaux qui exerçaient en vertu de provisions délivrées par le roi.

IIe - Les notaires seigneuriaux nommés par les seigneurs justiciers et dont le ressort était plus restreint.

IIIe - Les notaires apostoliques créés pour les prises de possession des bénéfices ecclésiastiques. Dans notre commune, il y avait un notaire royal qui cumulait parfois ses fonctions et celles de notaire apostolique.

Vidouze était un bourg assez important pour accueillir et faire vivre un officier public à une époque où les illettrés étaient fort nombreux et où toutes les transactions importantes privées ou publiques devaient être retenues et conservées par un spécialiste. Parmi les six notaires dont nous avons relevé la trace de 1549 à la Révolution de 1789, il y en a au moins trois qui sont certainement originaires de la commune. Desnavères, St-Germain et Larrouzé. Leur nom, sinon leur descendance directe y persiste. Parmi les trois autres Fabas et Carde sont certainement des étrangers. Mais Carde a habité Vidouze de 1727 à 1750 date de son décès et a laissé son nom à une importante maison de la commune. le dernier Lamothe Bertrand cadet était originaire de Maubourguet où son frère Pierre était lui-même notaire.

Bertrand Lamothe s'était marié avec une demoiselle Depierris Cahot de Vidouze. Sa maison existe encore sous le nom de Lamothe-Forcheron.


La succession de ces notaires s'établit ainsi dans l'ordre chronologique :

1549 : Fabas.

1641 et 1642 : Bernard de Larrouzé.

1642 à 1706 : Desnavères ou des Nabères. Il est possible que pendant cette période il y ait eu au moins deux titulaires de ce nom.

1706 : St-Germain.

1727 - 1730 : Carde.

1760 - 1789 : Lamothe Bertrand cadet.


La concurrence entre notaire existait à cette époque ; car ces officiers publics étaient assez nombreux. Pour la région de Vidouze on comptait à cette époque des notaires à Lascazères, Sombrun, Larreule, sans parler des villes plus importantes de Castelnau-Rivière-Basse, Maubourguet, Vic-Bigorre et Lembeye. On trouve des actes intéressant les habitants de Vidouze dans toutes ces localités. La concurrence était même parfois déloyale et un procès qui a été relevé par M. l'Abbé Dufourcq dans la revue des Hautes-Pyrénées (année 1924 p.61) met aux prises deux officiers publics de la communauté de Vidouze ; St-Germain et Desnabères. L'auteur analyse ce différend de la manière suivante :

Les habitants de Lahitte, préservés de la peste en 1684 traitèrent avec un doreur de Risole pour l'embellissemnt du grand autel de l'église. Le traité est reçu par le notaire Dabat de Castelnau et l'un des témoins est Me Pierre St-Germain qui s'intitule notaire royal à Vidouze ; or le même Abbé Dufourcq ayant eu sous la main une autre minute notariée de 1691 y constate qu'à cette époque St-Germain est désigné sous le titre d'avocat ; enfin, il trouve ultérieurement son testament daté du 27 Novembre 1704 où il a repris la titre de notaire. Que faut-il penser dit l'Abbé de ces différences de fonctions entre 1684 et 1691 ?

Il en trouve la solution dans un procès qui a duré de nombreuses années et qui s'est terminé par une transaction du 23 Février 1706 reçue par Mieussens notaire royal (Étude de Castelnau-Rivière-Basse - Années 1706 - 1708 - F 26). Devant ce otaire comparaissait Pierre Larrouzé, curé de Causade, procureur fondé de Jean Desnabères, notaire royal à Vidouze et Pierre St-Germain, avocat aux ordinaires de Parrabère :


Lesquelles parties ont dit que le sieur St-Germain ayant surpris des provisions de l'état et office de notaire de Vidouze au préjudice de feu Jean Desnabères pourvu de cet office, il y aurait eu un procès au Conseil entre les dites parties, et par arrêt du Conseil d'État du Roy tenu à Fontainebleau, le 16 Octobre 1705, il aurait été ordonné que les titres de provision obtenus par St-Germain de l'office de notaire à Vidouze seraient rapportés avec défense de s'en servir. Et au surplus, faisant droit sur la demande du sieur de Navères, il aurait été ordonné qu'il serait reçu en l'état et office de notaire royal de Vidouze conformément aux provisions qu'il aurait obtenues... et condamna St-Germain à tous les dépens. Par l'entremise de leurs communs amis, le dit procureur fondé aurait réglé et liquidé les dépens de 800 livres que St-Germain aurait payées.

Cette transaction est signée par les témoins qui sont : Jean Lacaze Juge du Comté de Parabère de la ville de Lembeye et Jacques de Crudères, docteur et avocat en Parlement habitant Vidouze.




[Plan du site passion-bigorrehp.org]



[Commune de Vidouze.] [Sommaire de la monographie de Vidouze]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]



Chacun peut apporter son aide concernant les monographies de nos jours
des communes de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées.

Entraide apportée par :
- M. Alain Eymard
.
© Marie-Pierre MANET







Bookmark and Share