Histoire de loups
Hautes-Pyrénées
département 65
(© Madame Delas Marthe)



00036426
copyrightdepot.com








Ceci se passe bien loin de notre Bigorre.

Mademoiselle Marie SOLLE était institutrice à Villeneuve-Lécussan. Elle trouva un emploi d'institutrice en Russie. Elle y resta vingt ans. Elle rentra au moment de la Révolution de 1917.

Les riches aristocrates russes parlaient tous le français et voulaient que leurs enfants reçoivent une éducation à la "française". Ils prenaient donc des jeunes filles françaises qui partageaient leur vie de tous les jours.

Mademoiselle SOLLE avait donc participé à des chasses au loup et ses récits donnaient la chair de poule.

On prenait un traîneau attelé de plusieurs chevaux. Des arceaux tendus au-dessus des chevaux et recouverts d'un filet empêchaient la neige de tomber sur la croupe des chevaux. Les dames s'asseyaient, bien emmitouflées dans des fourrures. Les messieurs se couchaient tournés vers l'arrière du traîneau et prêts à faire feu. On attachait un cochon derrière le traîneau et l'équipage démarrait à toute vitesse. Le cochon poussait des cris perçants. Au bout de quelques instants, on voyait surgir des loups qui se lançaient à la poursuite du traîneau. Les chasseurs tiraient dans le tas. La meute s'immobilisait pour dévorer les morts ou les blessés et reprenait sa course. (Et on dit que les loups ne se mangent pas entre eux !)

Au bout de quelques heures de ce manège on arrivait devant un refuge dont les portes étaient grandes ouvertes. L'attelage y pénétrait en trombe et on s'empressait de se barricader car la meute des loups suivait.

Ce n'est pas la chasse à la palombe qui peut procurer de telles émotions !




[Page 1] [Page 2] [Page 3] [Page 4] [Page 5]
[Faits divers]
[Sommaire]




Chacun peut apporter son aide concernant les loups
de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées
département 65.

Entraide apportée par :
- Mme Delas Marthe
.
© Marie-Pierre MANET









Bookmark and Share