Maurice Trélut, le maire tarbais
Hautes-Pyrénées
département 65.




00036426
copyrightdepot.com








(© La Semaine des Hautes-Pyrénées)
(journal paru le jeudi 22 août 2002).


L'histoire de Maurice Trélut s'est un peu perdue dans la longue histoire de la ville de Tarbes. Pourtant, il reste l'un de ses hommes les plus importants. Un de ceux qui font changer le fil de l'histoire par un acte de courage. Maurice Trélut est plus qu'un nom sur un stade. Il est un symbole du courage et de la résistance durant l'occupation.

Fait prisonnier puis libéré.

Ancien combattant de la guerre 1914-1918, Maurice Trélut est le maire de Tarbes lorsqu'il est mobilisé en 1939, à l'image de ses concitoyens, au sein d'une unité combattante. En juin 1940, il sera fait prisonnier par les troupes allemandes. Libéré en 1941, il retrouve son fauteuil de maire de Tarbes. Pourtant, les plus beaux actes d'héroïsme (de courage?), c'est depuis ce fauteuil que Maurice Trélut les mènera. Nombre d'évadés de guerre, de réfractaires du STO lui doivent des papiers qui leur permettront de se cacher de l'occupant. Dès novembre 1942 et pendant l'occupation de la ville de Tarbes, il va s'opposer aux autorités allemandes, au sein même de ses services municipaux. Résistant, il n'hésitera pas à mettre sa vie en jeu pour aider ses administrés. Le 10 juin 1944, à quelques jours de la libération, la Lufwaffe bombarde la ville. Il condamnera publiquement cet acte, protestera directement à la Kommandantur et refusera de signer une lettre rejetant la responsabilité du bombardement sur les Alliés, comme l'y obligeait l'armée d'occupation.

Arrêté par la Gestapo.

Surveillé et se sentant en danger, il veut rejoindre la France libre et demande le soutien du Docteur Mouniq (à la Barthe), qui anime un réseau de passage en Espagne. Mais son état de santé ne lui permettra pas de prendre la route pour franchir la frontière, il reviendra à Tarbes où la Gestapo l'arrêtera. Déporté à Buchewald, il meurt dans le camp.


Éric BENTAHAR.

Maurice Trélut
Maire de Tarbes
Entre 1939 et 1944.



[La ville de Tarbes.]
[Généralités sur les Communes]
[Sommaire]



Chacun peut apporter son aide concernant la ville de Tarbes
de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées
département 65.

Publication autorisée par "La Semaine des Pyrénées".
© Marie-Pierre MANET








Bookmark and Share