De Barbazan-Dessus
Le Chevalier Arnault-Guilhem de Barbazan
.

(© Archives Départementales des Hautes-Pyrénées.)



00036426
copyrightdepot.com









(D'après un dessin de Sergent 1791 - © Edition Privat - ADHP)


Personnalité militaire de la guerre de Cent Ans Arnault-Guilhem de Barbazan est une figure marquante de notre Bigorre. Surnommé le chevalier sans reproches Barbazan de par ses faits d’armes et sa conduite héroïque a eu l’insigne honneur d’être enseveli à St-Denis, sépulture des rois de France.

Arnault-Guilhem de Barbazan, est né aux environs de 1360 au château de Barbazan-Dessus. Armé chevalier à l’âge de 21 ans, il est entré au service du comte d’Armagnac et est présenté au duc de Berry qui le retient dans sa compagnie de gens d’armes et le nomme maréchal ès pays de Languedoc et de Guyenne, ce qui lui vaut très vite pour sa droiture, sa générosité, sa franchise, le titre de Chevalier sans reproches. Entré au service du duc d’Orléans, frère du roi Charles VI, il se fait remarquer en 1402 dans la fameuse affaire de Montendre, sept chevaliers français s’opposent à sept chevaliers anglais. Vainqueurs les français sont ramenés à Paris, le Roi Charles VI offre à notre chevalier une épée ornée de pierreries. Dés lors Barbazan embrasse le parti du duc d’Orléans dans la sanglante querelle des Armagnacs et des Bourguignons. Le comte d’Armagnac assassiné, Barbazan prend parti pour le dauphin Charles et participe aux négociations de réconciliation avec le duc de Bourgogne. En 1420, il défend Melun contre Henri V d’Angleterre. Ce siège dure cinq mois. Le 17 novembre 1420 en son conseil Barbazan demande capitulation. Des conditions de reddition les compagnons de Barbazan sont condamnés au gibet et Barbazan à la prison perpétuelle. Enfermé au donjon du château Gaillard près de Rouen, dans une étroite cage de fer, Barbazan y séjourne neuf ans avant d’être délivré par Étienne de Vignolles dit la Hire, le 7 décembre 1429. En compagnie de la Hire, Barbazan rejoint Charles VII, reprend du service et est nommé Gouverneur du pays de Brie, Laonnais et Champagne. En 1431 Barbazan meurt, le cou percé par une flèche au combat à Bulgneville contre les Bourguignons. En apprenant la nouvelle le roi Charles VII verse d’abondantes larmes et ordonne que la dépouille mortelle soit transportée à Saint-Denis En 1432, par lettres patentes, Charles VII lui donne titre de restaurateur du royaume et de la couronne de France, accorde à ses héritiers le droit de porter dans leurs armes trois fleurs de lys sans barre. Marié à Sybille de Montaut, il a eu un fils mort avant l’insigne honneur accordé à son père, et une fille épouse du comte d’Astarac à qui il lègue le château de Barbazan. Il laisse son nom et ses titres à son neveu le comte de Faudoas. Les deux soeurs de Barbazan alliées par mariage au Faudoas et au Castelbajac introduisent par privilège dans leurs armoiries les trois fleurs de lys des armes de France.

(© M. Guy Dalberny)






[Barbazan-Debat] [Barbazan-Dessus]
[Documents "Jean Larcher"]
[Sommaire d'Arnault-Guilhem]
[Sommaire]



Chacun peut apporter son aide à l'élaboration de ce site
de la Bigorre devenue Hautes-Pyrénées
département 65.
© Marie-Pierre MANET








Bookmark and Share